Freedom Legacy

Parceque le Monde actuel n'est pas que Fureur et Violence, il y a Freedom Legacy
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [Civil War] Scène imaginaire

Aller en bas 
AuteurMessage
Neault
Accompli
avatar

Nombre de messages : 74
Age : 46
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: [Civil War] Scène imaginaire   Ven 13 Oct - 21:06

Le débat sur le Superhuman Registration Act m'a inspiré ceci, une sorte de dialogue purement inventé et que j'espère plus ou moins impartial. En tout cas, c'est censé refléter le point de vue, sensé, de deux personnes honnêtement persuadées d'être dans le vrai.


La nuit glaciale tombait sur un New-York qui, de toute façon, jamais ne dormait totalement. Deux silhouettes se tenaient, immobiles, sur le toit d’un haut immeuble. Il aurait fallu un œil particulièrement aiguisé pour les distinguer dans la nuit.
- Que vas-tu choisir Peter ?
La voix était douce comme un miaulement. Une séduction subtile semblait envelopper chacun des mots prononcés sur le ton de la confidence.
- Je n’en ai aucune idée…respecter la loi je suppose, comme je l’ai toujours fait.
La jeune femme continuait à contempler l’océan au loin. La lune presque pleine venait se refléter sur ses cheveux argentés.
- Et toi ? demanda l’homme costumé.
- Je ne me ferai recenser nulle part.
- Tu sais pourtant qu’ils ont raison, on ne devrait pas rester cacher comme de vulgaires criminels.
- Peter…oh, Peter…je ne suis pas cachée mais libre. Et aucune loi ne m’enlèvera cela.
L’araignée souhaita un instant en être une. Partir tisser une toile dans un recoin, sans plus se soucier du monde des humains. Ne plus ressentir qu’à travers un instinct animal et non le poids de la réflexion.
- La liberté est protégée par les lois Félicia. Si nous les violons, que deviendrons-nous ? De petits dictateurs de quartier ?
- Ma liberté est protégée par moi et moi seule Peter. Si le gouvernement me la prend, qui me protégera des dictateurs à échelle nationale ?
- Tu t’obstines à ne pas comprendre.
- Que feront-ils après Peter ?
- Après quoi ?
- Quand ils sauront où nous trouver ? Que fera le S.H.I.E.L.D., la CIA, le FBI, ou encore nos ennemis ou les pays étrangers ? C’est quoi la prochaine étape ?
Peter gardait les poings serrés. Il avait appris, en en payant le prix fort, que tout pouvoir engendrait une foule de responsabilités. Seulement…les temps changeaient. S’il avait été facile naguère de comprendre que laisser s’échapper un criminel était une idiotie, il était beaucoup plus dur de comprendre où se situaient le bien et le mal dans le monde moderne. Un monde où tout était devenu possible, un monde où des gens sans aucun pouvoir, armés de seulement quelques cutters, pouvaient faire s’effondrer le World Trade Center et tuer des milliers de personnes.
- Nous ne devons pas avoir peur de notre gouvernement, des élus de la nation. C’est notre peuple, notre pays !
- Hitler a été élu démocratiquement Peter.
- Quel rapport bon sang !
- Les juifs aussi, on a commencé par les recenser.
- Les juifs étaient des innocents, désarmés, sans aucun pouvoir. Si un jour l’état se retourne contre nous, comment fera-t-il ? Les Fantastiques, les Vengeurs, les X-Men…nous ! Comment l’état pourrait nous exterminer ?
La féline eut un frisson. La nuit se faisait fraîche et elle n’aimait pas la tournure que prenait cette conversation.
- En Allemagne aussi c’était impossible de tuer 6 millions de personnes normalement. Seulement…certains…
- Ont obéi ? Certains ont suivi aveuglément des ordres ? C’est ça que tu penses Félicia ? Que je pourrais tuer parce que l’on m’en donne l’ordre ?
Les idées se bousculaient dans la tête de la Chatte Noire. Elle ferma un instant les yeux et se rendit compte que deux larmes s’en échappaient.
- Peter…on ne sait pas où ça peut s’arrêter. On ne peut pas laisser faire.
- Tu veux aussi que l’on enlève les parcmètres ?
La voix de Spider-Man s’était durcie. Il sentit la colère le gagner.
- Les parcmètres ?
- Tu vas décider comment qu’une règle est bonne ou pas ? Et au nom de quoi ? Parce que tu portes un costume et que tu te ballades entre les immeubles, tu as la science infuse, c’est ça ?
Félicia essuya ses larmes d’une main pendant que Peter continuait sur un ton cassant.
- Et ensuite, quelle sera ta prochaine étape ? Votre prochaine étape à Cap et toi ? Vous déciderez quoi à propos de l’IVG ? De la liberté de la presse ? Et si les résultats de la prochaine élection ne vous plaisent pas ? Que ferez-vous ? Quel principe constitutionnel violerez-vous au nom de votre liberté ? C’est facile lorsque l’on est anonyme de porter un jugement, vous n’avez rien à expliquer aux gens…mais quelle est votre légitimité ?
Les deux silhouettes avaient cessé de regarder au loin, elles se faisaient maintenant face.
- Tu te trompes Peter. On ne peut pas tout exiger au nom de la loi.
- Et toi tu te trompes Félicia, on ne peut pas violer la loi au nom de principes personnels. Tu veux défendre la liberté et tu ne te rends même pas compte que vous la piétinez en refusant la loi de tous.
- Parce que tu penses que Stark n’a pas d’autres choses en tête que la loi de tous et le bon sens commun ? Il a des intérêts partout, il a été ministre de la défense, il a des appuis politiques, de l’argent, de l’ambition…il t’a acheté avec quoi ? Un nouveau costume ?
Parker, plus que jamais, se sentit déchiré et insulté.
- Comment oses-tu ? Tu parles d’Iron Man, tu sais combien de gens lui doivent la vie ?
- C’est au nom de ça qu’il va nous foutre en taule ?
- Nous n’avons plus rien à nous dire, Félicia.
La Chatte Noire était bouleversée non pas tant par l’opinion de Peter que par le fait qu’il admettait, même implicitement, qu’ils allaient devenir ennemis. Des larmes, de nouveau, obscurcirent son regard. Elle n’avait pourtant pas l’habitude de pleurer mais quelque chose s’était cassé en elle.
- Peter…
- Ce qui me fait le plus mal Félicia, c’est que nous en venons à devenir complètement opposés…sur une question de fond en plus.
- Non Peter. Ce qui fait mal, c’est que nous allons nous battre l’un contre l’autre, mais au nom du même principe. Nous défendons tous les deux la liberté.
Spider-Man leva la main et projeta sa toile dans la nuit. Avant de se jeter dans le vide, il se retourna vers son ancienne amie.
- C’est le lot de toutes les guerres non ?
L’homme se précipita dans l'obscurité, raccroché à la vie par un mince trait de toile.
Félicia resta un instant seule, contemplant les réservoirs d’eau sur certains immeubles, les feux de la circulation, loin en dessous, ou les nuages qui, par intermittence, flirtaient avec la lumière douce de la lune. Pour la première fois, elle pensait comprendre ce qu’avaient ressenti les confédérés lors de la guerre civile, celle de 1861. Deux logiques s’affrontaient alors, celle d’un nord industriel et libéral et celle d’un sud traditionnel et paysan. La liberté, là encore, chacun était persuadé la défendre.
- Oh, Peter…quels crimes allons-nous commettre au nom de cette liberté que nous défendons tous les deux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://comicsmarvel.blogspot.com/
La Vision
Single-Admin
avatar

Nombre de messages : 303
Localisation : Montauban, ville mysterieuse et pleine de dangers
Date d'inscription : 01/02/2006

MessageSujet: Re: [Civil War] Scène imaginaire   Sam 14 Oct - 15:25

[...] J'ai aprecié le dialogue, on y retrouve tous les arguments devellopes au cours de la serie. Mais force est d'admettre qu'il n'y a pas trop de solutions à ce debat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freedomlegacy.easyforumpro.com
 
[Civil War] Scène imaginaire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Civil War cheklist.
» Civil War Checklist et Spoilers
» Civil War TPB
» [Evnmt] Printemps de l'Imaginaire à Clermont-Ferrand
» Civil War! (Quand les Tuniques Bleues passent à l'attaque)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Freedom Legacy :: Bandes dessinées :: Fan-Fiction/Fan Art-
Sauter vers: